VIOLENCEenIMAGES

Variations sur un thème pour les grévistes québécois: La liberté guidant le peuple

Posted in Articles by JC on mai 19, 2012

Eugène Delacroix, La liberté guidant le peuple, 1830.

Dans le cadre du mouvement de grève étudiante québécoise, il est intéressant de se pencher sur certains symboles de la révolte ayant marqué l’histoire. Si plusieurs de ces symboles existent et méritent qu’on s’y attardent (l’art futuriste, constructiviste, bon nombre d’oeuvres romantiques, etc.), un des plus typiques et universellement reconnu est La liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix et, plus particulièrement, l’art de postproduction[1]  qui en découle.

Dans cette optique, une courte liste (non-exhaustive) des différentes variantes reprenant les motifs de La liberté sera présentée.
La liberté, oeuvre inscrite dans la grammaire visuelle occidentale comme allégorie de la révolte et de la (quête de) liberté, est reproduite dans trois sphères de production principale: celle des arts à proprement parler, dans le domaine de la contre-culture et dans la sphère politique.

Un propre de cette réadaptation/récupération du motif est la localisation et l’adaptation du thème. L’artiste ou le créateur derrière l’image s’approprie le motif tout en le transformant au passage pour le faire répondre à un code visuel plus près de sa réalité. On retrouve ce type de variation du motif dans des oeuvres telles que la Variation danoise de la liberté guidant le peuple de Peter Carlsen, qui la reprend sous une thématique « danoise ».
Gerard Rancinan, lui, réadaptera et actualisera la Liberté en la transposant dans un médium plus contemporain (la photographie) et en mettant au goût du jour les motifs: La bastille est remplacée par un mur brisé rappelant celui de Berlin,  Gavroche devient un enfant soldat et l’on y trouve même l’image d’un moine bouddhiste muselé.
Finalement, le motif fut aussi repris par Käthe Kollwitz dans Aufruhr qui illustre les révolutions paysannes du moyen-âge. Dans cette gravure, la foule est aussi modifiée pour prendre l’allure de son époque et les outils de paysans remplacent les fusils. Au lieu d’une Marianne incluse dans la foule, Aufruhr présente un personnage, plus pale, volant au dessus des révolutionnaires.

Gérard Rancinan, La liberté dévoilée, 2008.

Käthe Kollwitz, Aufruhr, 1899.

Peter Carlsen, Version danoise de la liberté guidant le peuple, 2009.

Le domaine musical contre-culturel francophone nous présente aussi d’intéressants exemples de reprises de ce motif. Cette appropriation s’éffectue d’une manière propre aux contre-cultures punk, dans une optique de présentation qui n’est pas, et ne veut pas, noble: soit sur des posters et couvertures d’albums musicaux.

Mise en demeure, Mise en demeure guidant le peuple(?), 2010.

L’album du groupe Métal français Peste Noire, intitulé L’ordure à l’état pur présente, en Marianne, une grande faucheuse et dans les victimes, Anne Frank. La bastille devient les tours jumelles et Gavroche se voit doté d’une tête de cochon. Si le processus d’appropriation actualise les motifs présents dans la composition, la force de l’image reste intacte.

Peste Noire, L’ordure à l’état pur (couverture), 2011.

Un processus similaire de postproduction et de réappropriation est effectué sur un poster du groupe Québécois Mise en demeure, Mise en demeure guidant le peuple(?). Sur cette image, la Marianne devient la banarchiste et le Premier Ministre Jean-Charest compte parmi les victimes. L’autoportrait de Delacroix dans la toile d’origine est remplacé par un Amir Khadir armé.

Finalement, la reprise politique de ce motif se fait de façon courante et internationale. Que ce soit dans des manifestations en territoire Français, comme sur cette photo (plus bas) du Monde publiée le 19 avril 2012, où l’on voit un tableau vivant d’une Marianne manifestant, ou sur des motifs peints sur les murs en Palestine occupée (où la Marianne porte le keffiyeh et gavroche troque son fusil pour un lance pierre) le motif de la Liberté guidant le peuple est empreint d’un lourd sens politique et contestataire, adaptable à toutes les causes et situations.

Olivier Coret, La Marianne révolutionnaire dans les rues de Paris, 2012.

Anonyme, La liberté guidant le peuple palestinien(?), année inconnue (photo prise en 2012).

_________

[1] BOURRIAUD, Nicolas, Postproduction – La culture comme scénario : comment l’art reprogramme le monde
contemporain,  Dijon, Les presses du réel, 2001 (2004), p.5.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :